Vendredi 15 décembre, FH au Zénith

Vendredi 15, jusqu’à la fin, on n’y croyait qu’à moitié : chanter au Zénith d’Auvergne en première partie du concert Gospel pour 100 voix devant un public de plus de 1 000 personnes !

Notre contact nous avait donné rendez-vous à 14 heures pour la balance. Nous étions 12 choristes + Nicolas à nous retrouver sur place. On nous a annoncé que l’installation de la scène aurait au moins 1 heure de retard. On s’est dit, on y est , on y reste ! Alors on a patienté une bonne heure avant que l’ingénieur du son vienne à notre rencontre et nous dise que notre balance devait être réalisée après celle des 100 voix… soit après 18 heures ! Il était désolé qu’on nous ait fait venir si tôt pour rien.

On ne s’est pas démoralisé, on est reparti et on a rameuté tous les choristes par SMS en leur donnant rendez-vous à 18 heures, tous habillés en tenue « classe » et pomponnés !

Du coup, pour la balance, le groupe était presque au complet !

Nous avons assisté à la fin de la balance des 100 voix. Quelle baffe déjà ! Des choristes (plutôt une soixantaine), des solistes, des musiciens, des danseurs, plein la grande scène du Zénith, tout le monde déjà à fond !

Quand ils ont terminé, hop, on s’est lancé ! Impressionnante, cette grande scène et pour nous, un micro par personne, du jamais vu. Et quelle vue sur une salle pouvant rassembler un tel public ! On était tout excité !

Nico est bien loin de nous : il utilise le piano côté cour, à l’extrême droite de la scène. On a la consigne de ne toucher à rien, de ne rien déplacer… Nous commençons à chanter, les solistes font leurs essais… ça devrait aller. Tout est plié en 30 minutes car nous aurons juste le temps de chanter 5 chants.

On installe notre joli Kakémono sur le devant de la scène, bien en évidence, pour se faire un peu de pub et on repart en coulisses.

On se trouve serré comme des sardines dans une toute petite loge (on a quand même réussi à tenir à 26 !). Chacun mange son sandwich, boit sa bière. Il y a distribution générale de pruneaux d’Agen (contrairement à ce que dit Maud, pas pour le transit, pour l’énergie !).

 

Enfin c’est l’heure ! Nous arrivons sur scène et constatons qu’un gros tiers de la salle est rempli. Ricou prend la parole et hurle, genre Johnny : « Si vous n’en avez pas eu assez ce soir, vous pourrez toujours venir nous écouter à la Maison de la culture demain samedi à 20 heures 30 !!!! ».

Nous enchaînons Hosanna, Voicedance, Free, Higher et Proud Mary. Nous sommes contents de nous. La salle a fini de se remplir pendant ce temps et 1 000 personnes nous applaudissent ! Waouh !

Nous descendons de la scène après avoir remballé notre kakémono. En bas de l’escalier, nous nous retrouvons nez à nez avec une vingtaine de chanteuses des 100 voix qui préparent leur entrée en scène : elles sont déjà à fond et entrent en scène en courant ! Leurs copains les rejoignent de différents coins de la salle et ça explose !

De notre petit coin derrière la scène, on ne voit pas grand chose mais nous en prenons plein les oreilles. Même si on ne nous l’a pas permis, nous allons nous rapprocher des gradins et finalement avoir une belle vue sur la scène.

Pris par l’ambiance, certaines d’entre nous se laissent aller à danser en copiant les chorégraphies des 100 voix. Leur énergie est contagieuse !

Notre groupe aura donc assisté au concert complet. Il a même été possible de s’assoir. Nico avoue avoir fini le concert avec les larmes aux yeux en écoutant leur Total praise (il ne se doute pas de ce qui nous attend le lendemain…).